L’IMAGERIE DE CHRISTIANE G.

29052009

armorjardinier.jpgarmorbanc.jpghandicapetsexualitamouritude.jpgarmorsourisaccueilarmor.jpgarmoraccueilfamilial.jpgarmorgrandpre.jpgarmoraccueilfamilialcouple.jpgarmordeuilsign.jpg armortricot.jpgarmorfamillefetemere.jpgarmorrepasfamille.jpgarmorlecturegauche.jpgarmorcgphotographe.jpgarmormusique.jpgarmortheatre.jpgarmorpeintre.jpgarmorincontinence.jpgarmocaddie.jpgarmorcoiffeurmiroir.jpgarmorpersonnesgesarmoire.jpg




LES COULEURS et leurs effets.1/3

29052009

armorpeintre.jpg  

Les couleurs et leurs effets…

« L’habit d’un arlequin n’est pas plus varié dans ses nuances 

que l’esprit humain ne l’est dans ses folies. » Gustave Flaubert armorcouleurs1.jpg

Bien qu’on n’ait pas d’explication scientifique, en pratique, la chromothérapie conduit à des effets physiologiques. Donnons quelques exemples des propriétés particulières, sur le plan thérapeutique, des lumières colorées : – le traitement de l’ictère prénatal en lumière bleue ; – la couleur rouge qui est utilisée dans l’eczéma, les brûlures, les coups de soleil, la rougeole ; – les massages en lumière rouge qui facilitent la circulation sanguine pendant le traitement ; – le bon conditionnement du foie en lumière orange pour faciliter la digestion …

Mais outre ses aspects physique et physiologique, la couleur revêt une dimension psychologique. Dans ce domaine la sagesse populaire dit que « les goûts et les couleurs ne se discutent pas», ce qui veut dire que « La couleur est en nous » Goethe, Traité des couleurs.

La couleur produit sur notre être un effet qui lui est propre, effet auquel la mémoire affective mêle confusément l’expérience que nous avons de cette couleur. Le rouge chaleur, rouge dynamisme, rouge action, toit de tuile, coquelicot, rouge colère. Rouge, c’est aussi le flamboiement d’un ciel en feu, c’est une goutte de sang. Le rouge est excitant, voire irritant jusqu’à élever la tension artérielle d’un sujet. Le jaune, c’est l’ouverture, la clarté, la brillance, la noblesse. Mais le jaune, à peine terni de brun, de noir ou de bleu, on le ressent désagréable, maladif, sale et pauvre. Le bleu, aérien, léger, «froid», où l’espace jusqu’à l’infini nous appelle. Profondeur des mers et de notre inconscient. Le vert, ou mieux les verts des campagnes, nous apporte le repos, la paix, nostalgie des citadins.

Les pouvoirs psychiques des couleurs sont reliés à l’éducation, à l’expérience, aussi bien qu’au lent cheminement de l’hérédité et de l’évolution humaine. La couleur intervient sur notre être en vertu de liaisons affectives qui nous viennent du fond des âges, depuis la préhistoire. Inné et acquis.

Mais il existe aussi des adaptations personnelles qui expliquent des préférences individuelles. Chaque être comporte ses gènes et sa personnalité.

La vision est une sensation et elle ne se manifeste pas au niveau de notre oeil, mais bien au niveau de notre cerveau. L’oeil n’est qu’un élément, essentiel certes, mais qui fait partie intégrante d’un ensemble infiniment plus complexe. La couleur, lumière distillée, s’est installée en nous portant son langage propre, celui de notre sensibilité, de notre subjectivité. Les bâtonnets sont responsables de la vision en noir et blanc ; les cônes sont seuls responsables de la vision colorée. La couleur n’existe que dans notre cerveau.

Suivant que notre environnement est gai ou triste (et les couleurs y participent) notre humeur se modifie, en miroir. L’automne avec ses tons de gris renforce l’impression de visages fermés rencontrés dans la ville. « Le sanglot long des violons de l’automne, Berce mon coeur d’une langueur monotone…».

Les couleurs se révèlent essentielles à notre équilibre. Chacune d’elle envoie sa vibration et porte sa propre force d’impact, sa charge d’influence, qui éveille inconsciemment certaines réactions nerveuses, psychiques et comportementales (un système nerveux ça ne sert qu’à agir). Importantes dans le décor de notre vie quotidienne (murs, vêtements, bijoux, tissus), les couleurs déclenchent quelque chose en nous. Il faut savoir en jouer pour se sentir bien, rendre heureux, séduire. Mais savoir aussi que notre perception n’est pas celle des autres et que selon les personnalités, les couleurs peuvent être bénéfiques ou néfastes, agréables ou désagréables.

Nous portons les couleurs de nos mémoires…

Pourquoi la couleur pourpre transmet-elle l’idée de puissance ; le blanc la pureté et l’innocence ; le noir le deuil et la gravité ; le bleu du ciel le détachement des valeurs terrestres et la foi ?

Les différentes monarchies se réclamant du « Sang Bleu  » sous-entendaient que leur droit divin était un droit du sang, du sang de Dieu (le mot bleu était systématiquement employé pour Dieu, surtout dans les jurons : ventrebleu (ventre de Dieu), etc. « Une peur bleue », dérive du même sens.

Notre mémoire a été formée dans l’enfance à tout un symbolisme des couleurs, transmis par nos gènes, notre milieu géographique et le groupe socioculturel. Nous associons les couleurs avec d’autres perceptions mémorisées.

« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent,

comme de longs échos qui de loin se confondent… »

http://membres.lycos.fr/papidoc/

↑↑retour




COULEURS ET VIEILLISSEMENT 2/3

29052009

armorcoulpeinture.jpg   armorpeintre.jpg

Edwin Ritter (Suisse) propose une astucieuse façon pour nous faire découvrir l’univers des personnes souffrant de désorientation spatiale.
Prenez un miroir d’environ 20 x 15 cm. Placez-le devant le dessin ci-dessous (que vous aurez préalablement imprimé) de façon à pouvoir voir son reflet dans le miroir. Prenez à présent un stylo-bille ou un crayon et essayez d’aller de A jusqu’à B.
Regardez uniquement le dessin dans le miroir, pas la feuille. Vous réaliserez combien il est difficile de s’orienter et de retrouver son chemin.
Une personne souffrant de démence est confrontée à toutes ces difficultés chaque fois qu’elle doit s’orienter au quotidien. Contrairement à vous, qui pouvez comprendre comment fonctionne cet exercice elle est incapable d’analyser ces difficultés.


armorcouleurstest.jpg

Ces personnes peuvent toutefois nommer et reconnaître les couleurs, surtout lorsqu’il s’agit des couleurs primaires : rouge, vert, bleu et jaune.

Dans un couloir  la porte de la chambre doit être d’une couleur tranchée par rapport à la couleur des murs ;  les portes des salles communes doivent être d’une couleur saturée pour attirer le regard ;  les portes des pièces de service doivent se fondre dans le coloris des murs.

Des plaques nominatives placées sur les portes des chambres (ainsi qu’à côté de chaque lit) et associées à un logo signifiant aident les personnes à d’identifier plus aisément leur propres chambre. Ce repérage leur permet en outre de rester en contact avec leur identité, leur personnalité. Un ancien maréchal-ferrant reconnaît un «fer à cheval» posé sous son nom.  L’identification des toilettes, afin de diminuer l’incontinence, nécessite de bien différencier la couleur des portes de celle des murs environnants… et que la couleur des portes des toilettes soit identique dans toute la maison. Nous avons choisi des portes jaunes, les murs des chambres étant dans des tons pastels de bleu ou de vert.  Placer à des endroits bien visibles des sigles suffisamment grands, étant donné la baisse de l’acuité visuelle, facilite la reconnaissance. Le jaune sur fond bleu donne les meilleurs résultats.

Expérience : prendre un papier bleu, d’un bleu vif et profond. Dans ce papier découper un cercle de dix centimètres environ de diamètre. Au centre de ce disque, découper une étoile à cinq branches de un centimètre environ de diamètre extérieur. Nous avons ainsi un cache bleu.

Posons le sur une feuille jaune vif, débordant largement du cercle bleu. L’étoile jaune que l’on voit sur le fond bleu environné de jaune est, bien entendu, et nous le savons pertinemment de la même couleur que l’entourage jaune.

Pourtant nous la «voyons» très nettement plus jaune et plus vive parce que l’étoile devient objet qui se matérialise à notre vue tandis que le fond est accessoire. Cette expérience, montre bien le rôle du psychologique qui dépasse le fait physiologique du contraste.

L’association à un symbole des mots «toilette, WC», permet d’obtenir la meilleure compréhension possible. Certaines personnes réagissent aux lettres, d’autres au symbole. Pour d’autres les deux signes doivent être associés pour que s’élabore la signification du message.

↑↑retour




VISION DES COULEURS ET AVANCEE EN AGE. 3/3

29052009

armorpeintre.jpg   armorcouleurscrayons.jpg    

Vision des couleurs et avancée en âge

La presbytie se développe avec l’âge.  Et la fréquence des cataractes augmente avec l’âge. Ce trouble causé par le jaunissement ou la décoloration du cristallin entraîne une réduction de la quantité de lumière atteignant la rétine, ce qui fausse les couleurs et rend plus difficile la vision et la perception précise des objets. Il ne suffit pas de parler d’une involution sénile de la discrimination chromatique car il existe en fait une évolution continuelle qui débute dès la naissance.

Les tests objectifs pratiqués chez le nourrisson montrent que celui-ci appréhende déjà les différences de couleurs mais la discrimination fine des teintes entre elles n’est pas néanmoins parfaite d’emblée : elle s’améliore lentement, lors de la croissance, mais ce n’est que vers vingt-cinq ou trente ans que le maximum de capacité de discrimination est atteint.

Ce maximum de capacité discriminative des nuances colorées n’est pas le même pour tous. Il existe chromatiquement des sujets très doués et des sujets peu doués, sans pour autant que cela soit pathologique. L’entraînement joue un rôle, et les sujets qui manipulent par profession des couleurs ont souvent une excellente discrimination, comme on le constate chez les tapissiers, les peintres professionnels, les restaurateurs de tableaux. Après ce maximum vers 25/30 ans, la discrimination colorée s’altère lentement. Cette altération est principalement due à l’augmentation de la densité optique du cristallin (qui de 0,1 à la naissance, arrive à 0,2 vers quarante ans, puis à 0,6 et même 0,9 à soixante ans), et à son jaunissement.

Mais le vieillissement est, là aussi, différent d’une personne à l’autre et chacun connaît des personnes âgées qui ont «bon pied, bon oeil».

↑↑retour




SEXUALITE et handicap mental (amouritude).

28052009

handicapetsexualitamouritude.jpg 

Tout comme les personnes non handicapées, les personnes handicapées mentales ont droit à une sexualité qui leur est propre. Les personnes mentalement handicapées ont des besoins sexuels tout comme les personnes non handicapées. Répondre à ces besoins en fonction de ses possibilités et de ses capacités propres est un droit fondamental de l’être humain qui s’applique aussi bien à la personne handicapée mentale qu’à celle qui ne l’est pas. Pourtant, celui qui s’exprime sur la sexualité des personnes handicapées court le risque de réduire les mots à un nouveau concept statique – « la sexualité handicapée » – et de fixer ainsi des critères de valeur qui ne sont à l’origine pas contenus dans les mots utilisés. Les opinions et les conceptions que nous pouvons avoir sont très diverses, que nous partions du principe qu’un tel phénomène n’existe pas du tout ou au contraire que nous admettions qu’il existe une sexualité spécifique aux handicapés mentaux, une sexualité donc qui est différente, qui dévie, une sexualité qui aussi fait peur parce qu’elle n’est pas comprise, et par là même pas contrôlable. Les personnes handicapées d’âge adulte sont effectivement adultes en ce qui concerne leurs besoins sexuels. Ces besoins sont toutefois fréquemment mal interprétés, voire même parfois totalement ignorés. Ainsi le langage corporel des personnes handicapées, qui représente infiniment plus pour elles que pour les personnes non handicapées, est souvent incompris et perçu comme l’expression d’une manie. Ces besoins doivent pourtant être pris au sérieux et, si nécessaire, soutenus et encouragés. Les opinions et les comportements des proches et du personnel d’encadrement sont déterminants dans ce soutien. La plupart des personnes mentalement handicapées se développent physiquement, soit en ce qui concerne le développement physique de leur sexualité, comme les personnes non handicapées. Leur développement psychique et intellectuel ne correspond pas à leur maturité physique. A cela s’ajoute encore que les adolescents et adultes mentalement handicapés évoluent le plus souvent dans des situations de dépendance, tant au niveau économique que sur le plan social. Ils vivent en milieux protégés, habitent chez leurs parents, travaillent en ateliers protégés, résident dans des institutions où ils sont pris en charge, ou encore vivent en appartements indépendants sous la responsabilité d’un tiers. Ceci revient à dire qu’ils sont soutenus et accompagnés dans l’organisation de leur quotidien, ainsi que dans l’établissement de leurs relations. Ce développement différent, qui représente en quelque sorte la vie à différents stades de développement, peut être très difficile à vivre pour le handicapé lui-même, engendrer des tensions et être souvent à l’origine de malentendus et d’interprétations erronées de certains actes. Plus encore que les personnes non handicapées, les adolescents et jeunes adultes avec un handicap mental ont besoins d’aide, d’informations, d’explications et d’éducation sexuelle pour permettre le développement et l’épanouissement de leur sexualité. Et ceci non pas parce que leur sexualité est différente de celles des personnes non handicapées. Il n’existe en effet pas de sexualité spécifique aux personnes handicapées mentales. Mais leur sexualité est rendue plus difficile en raison de circonstances aggravantes qui ne sont pas à rechercher dans le handicap mental en premier lieu, mais dans les situations multiples de dépendances dans lesquelles vivent les personnes handicapées mentales. Ces personnes handicapées dépendent de la conception de leur entourage (parents, institutions, éducateurs) quant aux normes et aux valeurs. Elles sont tributaires également de la tolérance dont le personnel d’encadrement fait preuve à leur égard. « Les personnes ayant une déficience intellectuelle sont nées sur la même planète que nous. Elles vivent dans le même environnement culturel que nous, subissent comme nous les fortes influences d’une société de consommation sexuelle. Nous marginalisons la sexualité de ces jeunes et de ces adultes qui, sous bien des points de vue, apparaissent tout à fait conformistes. Et c’est bien normal : Ils préfèrent ce mode d’apprentissage. » (Lemay, Michel – La sexualité chez les personnes ayant une déficience intellectuelle. Tiré de «La déficience et la sexualité» publié par l’Association du Québec pour l’intégration sociale, Québec, 1990 – p. 4).

↑↑retour




VIEILLISSEMENT et handicap mental ; le grand boom.1/6

27052009

armorbloghandimentge.gif

Le grand boom.

Ces dernières décennies, grâce aux soins et au cadre de vie bien meilleur, la longévité des personnes mentalement handicapées a sensiblement augmenté. Ainsi l’espérance de vie moyenne des personnes mentalement handicapées est passée de 20/22 ans en 1930 à 70/74 ans en 1996. Même évolution pour les personnes polyhandicapées dont la moyenne est passée de 30 ans dans les années 70 à 50 ans dans les années 90. Aujourd’hui, sauf quelques exceptions, une personne mentalement handicapée peut avoir la même espérance de vie que vous et moi. Les personnes mentalement handicapées atteignent donc l’âge de la retraite; survivent à leurs père et mère Les accueillants familiaux se retrouvent aussi devant de nouvelles tâches. Ils passent beaucoup de temps dans les tâches d’hygiène, d’accompagnement aux WC, d’aide à l’alimentation, de nursing. La dimension relationnelle rassurante, la stimulation par le regard et le toucher prennent de l’importance”,

Intrusion du médical.

Avec l’âge, les questions de santé sont aussi plus présentes. L’accompagnement devient médico-social. Sur l’ensemble, avec l’âge, il y a une démultiplication des problèmes de santé et/ou d’aggravation de certains handicaps physiques et psychiques. Les maladies dégénératives font leur apparition: maladies cardio- vasculaires, arthroses. Les troubles des fonctions sensorielles et motrices sont les facteurs les plus courants qui conduisent à la dépendance (difficulté de la marche, de l’équilibre). Ils sont en augmentation constante dès l’âge de 45 ans. D’où difficultés corporelles, plus grande dépendance, soins plus lourds…

…/…

↑↑retour




ELOGE DE LA FATIGUE

26052009

armorjardinier.jpg

Eloge de la fatigue 

Vous me dites, Monsieur, que j’ai mauvaise mine,
Qu’avec cette vie que je mène, je me ruine,
Que l’on ne gagne rien à trop se prodiguer,
Vous me dites enfin que je suis fatigué. 

Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m’en flatte.
J’ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,
Je m’endors épuisé, je me réveille las,
Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m’en soucie pas.
Ou quand je m’en soucie, je me ridiculise.
La fatigue souvent n’est qu’une vantardise.
On n’est jamais aussi fatigué qu’on le croit !
Et quand cela serait, n’en a-t-on pas le droit ? 

Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,
Qu’on a lorsque le corps harassé d’habitude,
N’a plus pour se mouvoir que de pâles raisons…
Lorsqu’on a fait de soi son unique horizon…
Lorsqu’on a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre…
Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ;
Elle fait le front lourd, l’oeil morne, le dos rond.
Et vous donne l’aspect d’un vivant moribond… 

Mais se sentir plier sous le poids formidable
Des vies dont un beau jour on s’est fait responsable,
Savoir qu’on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
Savoir qu’on est l’outil, qu’on est le lendemain,
Savoir qu’on est le chef, savoir qu’on est la source,
Aider une existence à continuer sa course,
Et pour cela se battre à s’en user le coeur…
Cette fatigue-là, Monsieur, c’est du bonheur. 

Et sûr qu’à chaque pas, à chaque assaut qu’on livre,
On va aider un être à vivre ou à survivre ;
Et sûr qu’on est le port et la route et le quai,
Où prendrait-on le droit d’être trop fatigué ?
Ceux qui font de leur vie une belle aventure,
Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,
Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus
Parmi tant d’autres creux il passe inaperçu. 

La fatigue, Monsieur, c’est un prix toujours juste,
C’est le prix d’une journée d’efforts et de luttes.
C’est le prix d’un labeur, d’un mur ou d’un exploit,
Non pas le prix qu’on paie, mais celui qu’on reçoit.
C’est le prix d’un travail, d’une journée remplie,
C’est la preuve, Monsieur, qu’on marche avec la vie. 

Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,
J’écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;
Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,
Et ma fatigue alors est une récompense. 

Et vous me conseillez d’aller me reposer !
Mais si j’acceptais là, ce que vous me proposez,
Si j’abandonnais à votre douce intrigue…
Mais je mourrais, Monsieur, tristement… de fatigue. 

 Robert Lamoureux 

↑↑retour




HISTOIRE DE L’ACCUEIL FAMILIAL, de l’origine à nos jours.

25052009

armoraccueilfamilialcouple.jpg 

L’accueil familial se pratiquait déjà bien avant la naissance des services sociaux. Ainsi, les personnes fragiles échappaient assez souvent à l’enfermement en asile. Accueilli par des familles, il était employé aux tâches domestiques et villageoises. En France, on retrouve trace de cette tradition d’accueil dans les familles, notamment dans les exploitations agricoles. Il s’agissait essentiellement d’une tradition d’aide et de protection.

Juridiquement, il faut attendre le début du XX ème siècle pour voir apparaître la notion de ‘’placement familial », notamment pour les vieillards infirmes et incurables. Plus tard, dans les années 50, le code des familles rappelle la possibilité du placement familial. En 1962, un texte plus précis légifère et fixe la rémunération des familles d’accueil. Durant des années ce dispositif va perdurer en dehors de tout cadre juridique précis. Il faudra attendre la fin des années 80, pour qu’un texte qui réglemente le dispositif de l’accueil familial. La loi du 10 juillet 1989 réglemente enfin, contrôle et surveille cette pratique, engageant ainsi une professionnalisation du métier d’accueillant familial avec notamment l’appui d’équipes médico-sociales départementales qui accompagnent les familles d’accueil. Aujourd’hui, de nouveaux textes sont apparus réformant la procédure d’agrément et introduisant à la fois de nouvelles modalités de rémunération et d’indemnisation des accueillants familiaux (Loi de janvier 2002, nouveaux décrets parus au 1er janvier 2005).

L’accueil familial constitue aujourd’hui une solution alternative dès lors que le maintien à domicile ne peut plus être assuré et avant d’envisager l’entrée en établissement d’hébergement collectif (maisons de retraites, foyers etc). Il est donc de communiquer sur ce métier qui est à la fois peu connu et souvent pratiqué par des intervenants âgés dont la relève n’est pas toujours assurée.

Le métier d’accueillant est un véritable métier et en aucun cas une occupation bénévole et caritative. C’est une activité qui nécessite des motivations fortes. C’est un métier qui s’apprend et qui suppose des actes professionnels qui dépassent la bonne volonté. Le cœur du métier consiste à rassurer, motiver, responsabiliser, accompagner, faire participer… Mais plus prosaïquement, être accueillant familial au quotidien, c’est aussi nourrir, loger, laver, soigner, raser, coiffer, habiller, nettoyer la chambre, ranger les armoires, entretenir le linge, surveiller la prise de médicaments, recevoir les parents et la famille de la personne accueillie. Tout ce travail qui relève avant tout de la qualité de la relation humaine, implique un engagement humain et altruiste. Ce sont tous ces aspects qui sont pris en compte lors des procédures d’agrément.

Dans l’exercice de cette profession qui a la particularité de s’exercer à domicile et sans discontinuité, il est vrai que l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle n’est pas toujours simple à maintenir. La pratique de ce métier entraîne la juxtaposition, parfois la combinaison complexe, d’espaces et de temps privés et professionnels. C’est pourquoi, l’adhésion de l’entourage familial, et plus particulièrement celle du conjoint, est primordiale dans la réussite du projet professionnel d’accueillant familial. Il y a donc la nécessité absolue pour les accueillants d’organiser pour eux des temps de repos. Il est en effet primordial d’avoir des personnes remplaçantes qui peuvent temporairement assurer l’accueil durant ces espaces de repos. Les services départementaux demandent – dans le cadre de la procédure d’agrément – que soit mentionné le nom de la personne qui assure le remplacement.

Accueillir une personne âgée ou un adulte handicapé, ce n’est pas se substituer à la famille de la personne. L’accueillant n’est pas un parent de remplacement, c’est un professionnel de l’accueil. Tout en donnant du sens et de la qualité à la relation qui se noue avec la personne accueillie, l’accueillant doit garder ses limites. Cette nuance dans l’exercice de l’activité préserve l’accueillant de tout débordement d’affection et normalise également les relations avec la famille de la personne accueillie.

↑retour




Protégé : COTE D’EMERAUDE…

24052009

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




LA MAISON D’EN FACE, un livre pour le week-end.

23052009

armortricot.jpg 

Nicoletta revient sur son parcours et lève le voile sur son enfance, à l’occasion de la parution de ‘’La maison d’en face’’. jusque là avare concernant son enfance savoyarde, Nicoletta affronte ses souvenirs, ‘’entre une mère débile mentale, selon les diagnostics de l’époque, un oncle alcoolique et un père absent’’, mais évoque, la sauvant du reste, une grand-mère aimante.

‘’Il faut avoir atteint un certain âge pour revenir sur son passé sans être affecté’’, confie-t-elle.

lamaisondenface.jpg 







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...