PROBLEMATIQUE DU SUICIDE CHEZ LES PERSONNES AGEES (2).

31032009

tristesse.jpg 

Attitudes de prévention.

Même si cela ‘’va de soi’’, rappelons la nécessité de nouer une relation dans laquelle l’intention et le comportement de l’intervenant viseront la restauration de l’estime de soi de la personne âgée. Au cours de l’entretien ou du temps passé avec la personne, tous les moyens à disposition seront utilisés pour favoriser la rencontre, c’est-à-dire ce moment face à face où coexistent « l’un et l’autre ». Ce qui peut se déposer dans une relation redonne un sentiment d’exister. La personne âgée n’est plus seulement l’objet d’un soin ou d’une attention mais redevient une personne à part entière. Par ailleurs, écouter la souffrance et le désespoir ne précipite pas l’autre dans la mort mais soutient le vivant en lui. Quelque en soit le dénouement la personne âgée a besoin d’être écoutée et quel que soit son état psychique, il est important de lui donner l’opportunité de s’exprimer, de la laisser faire entendre son désir, même s’il n’est pas réalisable (retourner à la maison, ne pas approuver la décision de placement…) pour qu’elle demeure ce qu’elle est en fait : un sujet qui pense et communique, unique dans sa subjectivité, habité par la somme des expériences de toute une vie. 

ligne2067.gif

« Je me suis battue toute ma vie, personne ne sait qui je suis alors ce que je peux encore faire moi-même, c’est me suicider ».

Lorsque des messages de désespoir, de suicide sont énoncés :

·  parler ouvertement de l’envie de mourir de cette personne.

·  l’encourager à prendre contact avec un aidant spécialisé (médecin, psychologue etc)

·  chercher soi-même, comme aidant, du soutien dans ou hors institution.

ligne2067.gif

sources : maison de l’autonomie (BE) brochure

ligne2067.gif

 




PROBLEMATIQUE DU SUICIDE CHEZ LES PERSONNES AGEES (1).

30032009

assopatristesp.bmp 

Comment ne pas se sentir interpellé lorsqu’une personne âgée nous fait part de sa souffrance, de sa solitude, de sa lassitude de vivre, qu’elle nous parle de ses peurs ?

La question du suicide chez les personnes âgées, par peur ou par méconnaissance du phénomène, n’est encore que trop peu abordée.

Le désarroi des intervenants…

 » A quoi bon vivre encore, je ne suis plus bonne à rien, je ne peux plus recevoir mes enfants, ils sont gentils mais je ne leur suis plus utile, je suis trop vieille pour m’occuper de leurs familles, mes amies sont mortes, je n’en peux plus, je voudrais mourir… « 

Face à ces manifestations, très souvent notre première réaction sera de tenter de les apaiser à tout prix sans prendre le temps d’écouter ce qu’elles essayent peut-être de nous dire. Outre le risque de banalisation, ce type d’attitude a surtout pour objectif de tenter de nous rassurer. En effet, face à ces personnes âgées pour certaines déjà en fin de vie, que pouvons-nous dire ? Comment pouvons-nous réagir ? Quelles solutions leur apporter ?

On voudrait réconforter, mettre en perspective, s’appuyer sur l’espoir de changements, d’améliorations possibles et on reste sans voix, car le registre habituel n’est pas de mise, ou si peu. Alors, on ne regarde plus, on ne parle plus, on exécute les gestes nécessaires, pour ne pas en rajouter là où ça fait mal…

Face à des personnes qui par leur âge sont plus proches de la fin, nous sommes le plus souvent incapables de soutenir une quelconque discussion sur le sujet.

Quand nous entendons « l’année prochaine, je ne serais plus là » ou « je suis si fatiguée, le mieux serait que cela se termine » n’avons nous pas tendance à vite trouver des échappatoires pour ne surtout pas discuter de tout cela ?

Face à ces évocations de la mort, l’angoisse nous saisit et parce que nous ne possédons plus de code pour en parler, nous l’évacuons, avec pour conséquence de laisser ceux qui s’adressent à nous à leur propre solitude, leur propre angoisse.

…/…

ligne2054.gif




HORTENSIAS, SOLEIL DE LA BRETAGNE

29032009
Hortensias de Bretagne
Album : Hortensias de Bretagne
Une présentation éclatante qui se veut ambassadrice de la région Bretagne. Christiane Gode nous dévoile l'un de ses nombreux talents artistiques... avec des visuels de mamcoz 22
21 images
Voir l'album

ligne1022.gif 

     flecheboule.gif    




CITATION DE NOS EDILES.

28032009

smiley9671.gif     drapeau008.gif    9mccleretasso.jpg    

 

Marie-Christine Cleret, Vice-Présidente chargée de la solidarité pour l’autonomie au Conseil Général des Côtes d’Armor, Vice-Présidente de la MDPH.

[C’est tous ensemble, organismes institutionnels, partenaires, employeurs que nous ferons changer le regard sur le handicap.]

ndlr : et avec nous aussi, les + de 9000 accueillants familiaux, présents dans les départements français !

mamcoz 22 qui sévit ici et ailleurs.

 22.gif

- 184 familles d’accueil pour personnes âgées et personnes en situation de handicap en Côtes d’Armor (12/2008)

- 282 personnes dans le cadre de l’accueil familial dont 96 personnes âgées et 186 personnes en situation de handicap. Sources CG 22

ligne1022.gif

Aujourd’hui passage à l’heure d’été,

mettez vos pendules à l’heure !  mn31.jpg 

ligne1022.gif 

sources : agefiph Côtes d’Armor

ligne1022.gifligne1022.gif




MDPH : les principaux acronymes

28032009

 

images.jpg 

AAH     Allocation aux Adultes Handicapés 
ACTP     Allocation Compensatrice “Tierce Personne » 
AFS    ACCUEIL FAMILIAL SOCIAL personnes âgées/handicapées 
AFT    ACCUEIL FAMILIAL THERAPEUTIQUE (relève d’un centre hospitalier) 
AGEPHIP     Association pour
la Gestion du Fonds de l’Insertion Professionnelle des personnes Handicapées 
APA     Allocation Personnalisée à l’Autonomie 
CCAS     Centre Communal d’Action Sociale 
CI     Carte d’Invalidité 
CPR     Complément de Ressources 
CRP     Centre de Rééducation Professionnelle 
E.A.     Entreprise Adaptée 
ESAT     Établissement ou Service d’Aide par le Travail 
FAM     Foyer d’Accueil Médicalisé 
FOA     Foyer Occupationnel d’Accueil – Foyer de vie 
IMPRO       Institut Médico-Professionnel 
IR       Institut de Rééducation 
MAS       Maison d’Accueil Spécialisée 
MDPH       Maison Départementale des Personnes Handicapées 
MTP       Majoration Tierce Personne 
PCH       Prestation de Compensation du Handicap 
PI       Pension Invalidité 
PPC       Plan Personnalisé de Compensation 
RQTH       Reconnaissance de
  la Qualité de Travailleur Handicapé 
SAMS AH       Service d’Accompagnement Médico-Social pour personnes   Adultes    Handicapées 
SAVS       Service d’Accompagnement à la vie Sociale 

{{ Nous avons volontairement ajouté : AFS et AFT oubliés dans la liste publiée par les MDPH, tant il nous a paru essentiel de communiquer sur les accueillants familiaux qui sont acteurs à part entière dans l’hébergement des personnes en situation de dépendances. }} mamcoz 22

ligne20671.gif  [L’accueil familial en milieu rural ne représente évidemment pas une solution adaptée à toutes les situations, mais quand il est réalisé dans de bonnes conditions, il permet de goûter un rythme et une qualité de vie souvent appréciés.
Tout d’abord, son coût est presque toujours moins élevé que celui des autres formes de prise en charge (cependant, cette situation est parfois exagérée, voire inadmissible) Il peut en outre offrir un cadre de vie très convivial dans un environnement souvent agréable.]sources : extraits de l’accueil familial/abri de coeur
ligne20671.gif

 




VIEILLIR NOUS CONCERNE TOUS (2)

27032009

149320d42f2c47cba3facebb215e0e1d.bmp 

Parfois, à l’occasion du « déplacement »* de la personne âgée hors son domicile (maison de retraite – accueil familial…), la famille naturelle vit à l’heure des règlements de compte et des décisions peuvent être prises sans consulter l’intéressé qui, du coup, a l’impression de n’être plus rien pour les siens, ravalé à la condition d’objet. Le « déplacement » revêt toujours une symbolique particulière pour la personne et sa famille, elle met en scène la séparation ultime que représente la mort.

Enfin quoi de plus normal, au grand âge, que de penser à sa fin de vie, d’être parfois obsédé par la question de la mort et d’avoir besoin de le dire, de le répéter, d’y revenir sans cesse et surtout d’en parler à quelqu’un qui puisse reconnaître la pertinence de cette préoccupation et l’accueillir, en être témoin, la laisser se déployer dans toutes ses nuances. La tentation d’en finir, de précéder la mort inéluctable qui peut faire peur, à moins que ce ne soit la longue et douloureuse attente qui accable, l’évocation plus ou moins directe du suicide, tout ceci peut survenir…

*   »déplacement » être accueilli en accueil familial, en maison de retraite; ailleurs que dans sa famille naturelle. Ne plus pouvoir rester chez soi.

ligne2067.gif

sources : la maison de l’autonomie (BE)/brochure personnes âgées.

ligne2067.gif

 




VIEILLIR NOUS CONCERNE TOUS (1)

26032009

9bc5f8152fb44e7ca38b974c3e7677ff.bmp

Vieillir nous concerne tous, quoi qu’on fasse, quoi qu’on dise… Aucun de nous ne n’y échappe. La fin du chemin se profile, il reste moins de temps devant que derrière soi, tout n’est plus possible, beaucoup de cartes sont déjà jouées. Si certains peuvent vivre cette étape avec sérénité, il n’empêche, qu’avec l’âge les pertes s’additionnent, se succèdent et se multiplient : perte du travail, perte des ascendants, des amis, deuil d’un idéal de soi, perte de son image, jusqu’à la perte, combien difficile, du compagnon de vie.La peine peut s’installer, la plus accablante étant souvent celle liée à la perte progressive de sa propre autonomie.Vieillir touche notre image, nos capacités physiques et intellectuelles ; regarder l’autre, le vieux, la vieille, peut être insoutenable pour certains et générer la gêne, le rejet, le déni, la condescendance voire le mépris… la peur de son propre devenir au travers l’autre.Ce corps vieilli face à nous, cette apparence actuelle, nous fait oublier que l’autre demeure un être désirant. Le désir demeure mais la capacité à le réaliser s’amenuise peu à peu. Cette expérience peut être déchirante pour la personne qui la vit et pétrifier celui qui, de l’extérieur, se  sent impuissant à contrer l’inéluctable. Car la vieillesse n’est pas une maladie dont on guérit mais un état avec lequel on est forcé de composer.

Nombreuses sont les personnes âgées qui nous communiquent leur désolation, leurs terreurs, leur idée d’un « vouloir mourir » face aux différents changements qu’elles subissent. Depuis quelques années elles constatent des diminutions ou perte de leur capacité à voir, entendre, comprendre, se déplacer…Leur univers social et affectif est devenu très limité. On n’y compte plus les défunts, les malades ou les déments. Elles se retrouvent seules face à elles-mêmes. Elles ne se sentent plus considérées comme une personne unique ayant une valeur mais bien comme un vieux ou une vieille dans une cohorte de vieillards.Solitude, effacement de leur personnalité, mise à l’écart de la société, proximité avec la mort s’ajoutent au registre de leurs renoncements et/ou de leurs angoisses.

…/…

ligne2067.gif




CITATION DE NOS EDILES

25032009

smileynew5842.gif         drapeau008.gif      sophietualmdph.jpg    

 

Sophie Tual, est Directrice de la Solidarité et de l’Autonomie au Conseil Général. Directrice de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) des Côtes-d’Armor depuis sa création en novembre 2005, elle a occupé des postes de Chargée de mission (1996-1998) et de Directrice d’associations du secteur médico-social (1998-2005) sur le territoire de Guingamp. Elle est aussi secrétaire de l’association nationale ‘’Vieillir, c’est Vivre’’ ; porteuse du concept des ‘’Cafés des Âges’’.

♥ Etre vieux, être jeune, c’est relatif ; on est toujours le jeune ou le vieux de quelqu’un.

Café des âges à Lamballe (22), présenté par Sophie Tual ♥ Le mot vieux : en Bretagne, on parle plutôt d’ancien. Mais finalement accepter le mot vieux, c’est aussi accepter l’âge.♥ VIEILLIR, c’est évoluer et s’adapter.

ligne10222.gif 

sources : Conseil Général publications / MDPHligne10222.gif




HANDICAP PSYCHIQUE : en Côtes d’Armor et partout en France.

24032009

drapeaubreton1.jpg maladiementale1.jpg   

Le handicap psychique est à distinguer du handicap mental, tient à préciser André Dumont, président de la section costarmoricaine de l’Unafam.  Dans le 1er cas la maladie se révèle le plus souvent entre 15 et 35 ans, alors que le handicap mental est manifeste dès la naissance. 

Schizophrénie, troubles bipolaires et paranoïa sont les principaux handicaps psychiques que l’on rencontre. Ils touchent 1 % de la population – une constante quelle que soit l’origine sociale ou géographique du malade. En Côtes d’Armor, 5500 à 6000 personnes en souffrent.“Elles disposent de toutes leurs facultés mentales et intellectuelles, elles sont donc conscientes de leur maladie,ce qui génère beaucoup de souffrance… 

Et parce que la “folie” fait peur, les amis, très souvent, prennent leurs distances. Reste la famille qui doit faire face à ce qu’il faut bien appeler un bouleversement. Un fils qui fait  des études, pour qui tout va bien, du jour au lendemain, devient schizophrène; les parents ne comprennent pas, se sentent démunis. [sources : UNAFAM 22]

     fleche017.gif        fleche017.gif    fleche017.gif                                       ligne10221.gif

 89957.jpg

[En France, les chiffres relatifs à la maladie mentale sont alarmants. 1 % de la population souffre de psychose. Ce chiffre peut être porté à 5 % de la population si on intègre les névroses et troubles de l’humeur.   Le besoin d’aide et d’accompagnement dans la vie quotidienne se pose de manière aiguë pour les personnes ayant un handicap psychique lorsqu’elles sont en situation d’exclusion sociale : celles qui restent hospitalisées en psychiatrie sans nécessité thérapeutique, faute de relais social, celles qui sont à la charge de leur famille, ou encore, les personnes qui se trouvent sans domicile.  La charte de coopération entre le secteur sanitaire de santé mentale, le secteur social et le secteur médico-social a pour objectif de répondre aux besoins des personnes souffrant d’un handicap psychique. La nécessité de renforcer les passerelles entre ces différents secteurs, préconisée par le plan de santé mentale 2005/2008  s’est trouvée renforcée lors de l’élaboration du schéma départemental en faveur des personnes handicapées 2ème génération (2006-2010).] sources : Région Bretagne 

{je tousse, donc j’existe!}

 ligne20542.gif




PRINTEMPS FLEURI et ALBUM du jour

22032009

 

 

Le Printemps fleuri vu par Christiane

 

Et pour celles et ceux qui n’ont pas de jardin ou pas la main verte… cliquez sur le lien, et cliquez ensuite sur la page…

régalez vous des fleurs du Printemps !

http://www.procreo.jp/labo/flower_garden.swf

Bon dimanche !

ligne1022.gif 







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...