• Accueil
  • > ACCUEIL FAMILIAL ICI où là

FOOT : GUINGAMP LA COUPE DE FRANCE !!! ON A GAGNé !!!!!!!!!!!!!

9052009

 

GUINGAMP CHAMPION DE FRANCE 2009 !

guingamp.gif




LNCC et accueil familial.

9052009

lncca.jpg     lncca1.jpg  

La LNCC (ligue nationale contre le cancer) dans sa publication « les proches » n°10 fait paraître un article sur l’accueil familial pages 34/35.  

A B O N N E M E N T G R A T U I T sur  www.ligue-cancer.net 

Les proches est l’écho de vos attentes.  Écrivez-leur à :     proches@ligue-cancer.net

↑↑Retour




EN AVANT GUINGAMP !

9052009

guingamp.gif  

  *** Bro Goz ma Zadoù ***

Ni Breizhiz a galon karomp hon gwir Vro,
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.
Dispont kreiz ar brezel hon tadoù ken mat,
A skuilhas eviti o gwad

O Breizh, ma Bro me ‘gar ma Bro,
Tra ma vo ar mor ‘vel mur en he zro,
Ra vezo digabestr ma Bro !

Ar Vretoned zo tud kalet ha kreñv,
N’eus pobl ken kalonek a-zindan an neñv.
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O pegen kaer ez out ma Bro !

Breizh douar ar sent kozh, douar ar varzhed,
N’eus Bro all a garan kement ‘barzh ar bed.
Pep menez, pep traonienn da’m c’halon zo kaer,
Enno kousk meur a Vreizhad taer !

Mard eo bet trec’het Breizh er brezelioù bras,
He Yezh zo bepred ken bev ha biskoazh.
He c’halon birvidik a lamm c’hoazh en he c’hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !

******** 

Vieux Pays de mes Pères

Nous, Bretons, aimons notre vraie Patrie,
L’Armor est célèbre dans le reste du monde,
Bravement au cœur des guerres, nos pères si bons
Répandirent pour elle leur sang.

O Bretagne, mon Pays, j’aime mon Pays,
Tant que sera la mer comme un mur autour d’elle,
Sois libre mon Pays.

Les Bretons sont des gens robustes et forts,
Il n’y a pas de peuple plus courageux sous les cieux,
Les complaintes tristes, les chansons amusantes y naissent
O que tu m’es cher, mon Pays.

Bretagne, terre des vieux saints, terre des bardes,
Il n’y a aucun autre Pays que j’aime autant au monde,
Chaque montagne, chaque vallée, à mon cœur est chère
Ici repose plus d’un Breton fier.

Si la Bretagne a été vaincue dans les grandes guerres,
Sa Langue est toujours aussi vivante que jamais,
Son cœur vivace bat encore dans sa poitrine,
Tu es désormais réveillée, ma Bretagne.

↑↑Retour




Lecture, de nos aînés et de nos jeunes

8052009

armorlecturegauche.jpg 

« En Afrique, quand un vieillard meurt,

c’est une bibliothèque qui brûle ».

Amadou HAMPATE BA (intervention à l’UNESCO)   

Parce que lire c’est bien, mais lire à deux c’est encore mieux !

La lecture à deux voix : quand grands-parents et petits-enfants lisent de concert…

Lire ensemble* : se mettre d’accord sur la façon de procéder :
- soit partager les paragraphes à lire l’un après l’autre,
- soit choisir d’alterner les dialogues,
- soit choisir pour l’un la narration et pour l’autre les dialogues,
- soit s’adapter au texte et aux capacités du jeune lecteur en choisissant seulement quelques chapitres à lire ensemble.
 
* en famille, un moment privilégié pour cette lecture conjointe : l’heure du coucher.

↑↑Retour




LECTURE IMAGINATIVE, Mémoire dans le pays de Brest (29)

8052009

armorlecturedroite.jpgarmortricot.jpg 

Mémoires autour de la vie à la campagne autrefois.

[Les objectifs de ces rencontres sont multiples : Sensibiliser les personnes âgées à la lecture imaginative mais aussi faire revenir des souvenirs, partager des émotions et susciter des discussions, développer le sens de l’écoute et faire travailler la mémoire. La séance dure une heure. Elle commence par des lecture courtes, sur des thèmes intéressant leur génération, afin de permettre à tous d’engager facilement la conversation avec le groupe. Chacun est libre de réagir quand il le souhaite pour donner un avis ou témoigner de son expérience. On se rappelle ainsi son enfance, son adolescence, des périodes de sa vie, en parlant de l’école, des premières vacances, des jeux anciens, des contes bretons… On se sent en confiance et on se raconte en souriant ses souvenirs. Se retrouver en groupe et pouvoir échanger dans un lieu culturel, comme la bibliothèque, semble faire beaucoup de bien aux personnes âgées. Certaines sont très fidèles à ce rendez-vous qui leur ouvre une fenêtre sur l’extérieur. Les participants feuillettent les livres avec intérêt. Lors de la dernière séance, le thème évoqué était  » la vie à la campagne autrefois « . Ce sujet a beaucoup intéressé le groupe car certains ont vécu toute leur jeunesse à la ferme. Après la lecture de textes (journée du paysan et de la paysanne, aide des enfants à la ferme, repas…), les personnes âgées ont tout de suite commencé à évoquer des moments marquants de leur enfance. Elles nous ont confié qu’autrefois la vie à la ferme était difficile car les journées étaient longues et harassantes. Les enfants, dès leur plus jeune âge, aidaient leurs parents à la maison et aux champs (traire les vaches, nourrir les poules, aider pendant la moisson, s’occuper de leurs cadets…). Les petites mains, comme celles des adultes, ne restaient jamais inactives. Pour s’amuser, il fallait attendre le dimanche. Le groupe s’est également rappelé des lavoirs, des veillées en famille, des lits clos, de l’entraide à la ferme…tout en feuilletant avec intérêt les livres avec des photos témoins de leur époque. L’ambiance était très détendue entrecoupée de rires. Les résidants de Ker Gwenn prennent visiblement beaucoup de plaisir lors de cet atelier qui parvient à leur  » faire retrouver leur jeunesse « , ce sont eux qui nous le disent. Leurs petits soucis s’envolent pour un temps comme par magie !]

Sources WIKI BREST catégorie lecture

↑↑Retour




Foot, samedi 9 mai 2009 : Finale au stade de France : GUINGAMP RENNES

7052009

drapeau008.gif LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE ! drapeau008.gif  LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE ! drapeau008.gif LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE ! drapeau008.gif  LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE ! drapeau008.gif LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE ! drapeau008.gif  LA BRETAGNE CHAMPIONNE DE FRANCE !

↑↑Retour




LE TRICOT, les personnes âgées.

7052009

armortricot.jpg 

Quand le tricot et la couture viennent au secours des mémoires défaillantes !

Une récente étude réalisée par des chercheurs américains de la clinique Mayo dans le Minnesota (Etats-Unis) a mis en lumière les effets positifs des travaux d’aiguille sur les mécanismes de la mémoire.

Et si le tricot, la broderie, la couture, la dentelle étaient des loisirs créatifs salutaires pour le maintien en forme de votre mémoire ? 
C’est en tous cas, ce que semble démontrer cette étude américaine réalisée par des scientifiques de la Clinique Mayo située dans le Minnesota (nord des Etats-Unis). 
Les chercheurs ont comparé un groupe d’environ deux cents personnes âgées de 70 à 89 ans souffrant de légères pertes de mémoire à un groupe équivalent en nombre et en âge mais ne souffrant pas de troubles de la mémoire…
  
Ils les ont longuement interrogés et leur ont demandé de décrire par le menu leurs activités entre 50 et 65 ans… Résultats: celles et ceux qui avaient pris l’habitude de lire, de coudre, de tricoter ou de jouer à toutes sortes de jeux diminuaient de 40% le risque d’avoir des pertes de mémoire…   
En revanche, celles et ceux qui passaient leur journée devant leur poste de télévision… étaient exposés à des risques accrus ! A vos aiguilles et dés à coudre ! 
 

↑↑Retour




LECTURE, un livre pour le week-end…

7052009

couvlunecaptive.jpg

Résidence Club, ou Lune Captive dans un oeil mort…

On sait, depuis Jean-Paul Sartre, que le huis clos est propice à l’exacerbation des petits traits de caractère anodins qui vous rendent insupportable au compagnon que le hasard d’une situation a placé auprès de vous. Contrairement à la pièce de Sartre, ce n’est à priori pas en enfer que les personnages peints par Pascal Garnier dans Lune captive dans un œil mort ont rendez-vous. C’est même plutôt le paradis qu’on leur a promis pour les convaincre d’acheter une maisonnette dans une Résidence pour seniors dans le sud de la France. Piscine, club-house, grillage en périphérie et portail récalcitrant inclus, outre la compagnie d’un gardien cerbère et d’une animatrice. Un enclos de bien-être, de tranquillité pour couler une vieillesse sereine, loin des villes du nord peuplées de jeunes générations agressives. Seulement voilà, ce n’est pas toujours de l’extérieur que vient le pire …

Dans cette résidence protégée du monde, les carapaces bien proprettes des habitants se fissurent. C’est qu’ils sont là en vase clos. Le naturel revient au galop, c’est sa nature, et chasse bientôt le policé des rapports usuels. Après plusieurs verres d’apéritif, tous commencent à mieux se connaître et, à mesure que les journées se succèdent, ils laissent échapper ce qui les obsède. Failles, faiblesses et idées fixes éclatent au grand jour. L’isolement agissant comme un accélérateur de particules, l’inquiétude devient contagieuse, comme la paranoïa. Puis vient le dérapage…Pascal Garnier rend parfaitement compte de l’itinéraire en chute libre de ces existences. Il était même normal que ceux-là tombent. Ils arrivent dans un endroit neuf, hors du monde, amenant dans leurs bagages le vide qui les grignote : rêves perdus, enfants disparus, petits arrangements mesquins, souvenirs refoulés… Et ce vide risque fort de les anéantir, en les aspirant dans son imparable trou noir.

Œuvre de fiction me direz-vous, pour une lecture de loisir sous la plume alerte d’un écrivain spécialiste de l’humour noir (Au point d’avoir reçu le prix éponyme en 2006). Quoique.

Pascal Garnier – Lune captive dans un œil mort – Zulma, Janvier 2009

↑↑Retour




GRAND PERE, qu’est-ce que tu dis ?

6052009

armoraccueilfamilial.jpg

« Comme si on ne le murait pas dans l’hypocrisie, le vieillard en qui tout se fait débâcle, et dont on exige encore qu’il soit bien tenu ! Comme si tout le monde ne se liguait pas – et les siens plus durement que les autres – pour l’empêcher de parler de ses petits malaises dont il va mourir bientôt. Il en a pourtant envie, il en a pourtant besoin quelquefois. Et ce ne sont pas des malaises imaginaires. On parle autour de lui, on lui parle comme si rien n’était : héritages, soucis de famille, dividendes, mariages, procès en cours, affaires courantes. Comme si les affaires pour lui pouvaient continuer à courir, pouvaient espérer le rattraper où il va ! » Julien Gracq  Le rivage des Syrtes – 1951

armorgrandpre.jpg

Qu’est ce que tu dis grand-père ?

Murs blancs
Blouses blanches
Couloirs cirés
Table briquée
Tout à l’étiquette

Ca ne te convient pas ?

De quoi te plains-tu grand-père ?

On te lève à l’heure
On te nourrit à l’heure
On te lave à l’heure
On te médicamente à l’heure
On te couche à l’heure

Et. ça ne va encore pas ?

Qu’est-ce que tu racontes grand-père?

Tu as du temps toi !
Tu es tranquille toi !
T’as pas de soucis toi !
Tu attends la soupe
Tu en as de la chance toi !

Et. ça ne te contente pas ?

Qu’est-ce que tu radotes grand-père ?

Tu dis que tu t’en fous
La belle maison, tu t’en fous
Les repas à l’heure, tu t’en fous
Les couloirs cirés, tu t’en fous
Les bains douches, tu t’en fous……..

Ca ne va pas dans ta tête ?

Qu’est-ce que pleure grand-père ?

De vrais regards
De vrais bonjours
Un peu de tendresse
Beaucoup d’amitié
Une vraie liberté

Et puis quoi encore ?

« Vous savez, les vieux, ils ne sont jamais contents ; plus on leur en fait, plus il faut leur en faire »

F. CHALET

↑↑Retour




L’ART DE BIEN VIEILLIR…

6052009

quichotte.jpg 

L’art de vieillir

Vieillir, se l’avouer à soi même et le dire
tout haut, non pas pour voir protester les amis,
mais pour y conformer ses goûts et s’interdire
ce que la veille encore on se croyait permis.
Avec sincérité, dès que l’aube se lève,
se bien persuader qu’on est plus vieux d’un jour ;
à chaque cheveu blanc, se séparer d’un rêve
et lui dire tout bas un adieu sans retour.

Aux appétits grossiers, imposer d’âpres jeunes,
et nourrir son esprit d’un solide savoir,
devenir bon, devenir doux, aimer les fleurs,
aimer les jeunes, comme on aima l’espoir.

Se résigner à vivre un peu sur le rivage,
tandis qu’ils vogueront sur les flots hasardeux,
craindre d’être importun sans devenir sauvage,
se laisser ignorer tout en restant près d’eux.

Vaquer sans bruit aux soins que tout départ réclame,
prier et faire un peu de bien autour de soi,
sans négliger son corps, parer surtout son âme,
chauffant l’un aux tisons, l’autre à l’antique Foi.
Puis un beau soir, discrètement, souffler la flamme
de sa lampe et mourir parce que c’est la loi.

Jean Fabié

↑↑Retour







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...