• Accueil
  • > Recherche : accueillants familiaux

VIEILLISSEMENT et handicap mental ; le grand boom.1/6

27052009

armorbloghandimentge.gif

Le grand boom.

Ces dernières décennies, grâce aux soins et au cadre de vie bien meilleur, la longévité des personnes mentalement handicapées a sensiblement augmenté. Ainsi l’espérance de vie moyenne des personnes mentalement handicapées est passée de 20/22 ans en 1930 à 70/74 ans en 1996. Même évolution pour les personnes polyhandicapées dont la moyenne est passée de 30 ans dans les années 70 à 50 ans dans les années 90. Aujourd’hui, sauf quelques exceptions, une personne mentalement handicapée peut avoir la même espérance de vie que vous et moi. Les personnes mentalement handicapées atteignent donc l’âge de la retraite; survivent à leurs père et mère Les accueillants familiaux se retrouvent aussi devant de nouvelles tâches. Ils passent beaucoup de temps dans les tâches d’hygiène, d’accompagnement aux WC, d’aide à l’alimentation, de nursing. La dimension relationnelle rassurante, la stimulation par le regard et le toucher prennent de l’importance”,

Intrusion du médical.

Avec l’âge, les questions de santé sont aussi plus présentes. L’accompagnement devient médico-social. Sur l’ensemble, avec l’âge, il y a une démultiplication des problèmes de santé et/ou d’aggravation de certains handicaps physiques et psychiques. Les maladies dégénératives font leur apparition: maladies cardio- vasculaires, arthroses. Les troubles des fonctions sensorielles et motrices sont les facteurs les plus courants qui conduisent à la dépendance (difficulté de la marche, de l’équilibre). Ils sont en augmentation constante dès l’âge de 45 ans. D’où difficultés corporelles, plus grande dépendance, soins plus lourds…

…/…

↑↑retour




HISTOIRE DE L’ACCUEIL FAMILIAL, de l’origine à nos jours.

25052009

armoraccueilfamilialcouple.jpg 

L’accueil familial se pratiquait déjà bien avant la naissance des services sociaux. Ainsi, les personnes fragiles échappaient assez souvent à l’enfermement en asile. Accueilli par des familles, il était employé aux tâches domestiques et villageoises. En France, on retrouve trace de cette tradition d’accueil dans les familles, notamment dans les exploitations agricoles. Il s’agissait essentiellement d’une tradition d’aide et de protection.

Juridiquement, il faut attendre le début du XX ème siècle pour voir apparaître la notion de ‘’placement familial », notamment pour les vieillards infirmes et incurables. Plus tard, dans les années 50, le code des familles rappelle la possibilité du placement familial. En 1962, un texte plus précis légifère et fixe la rémunération des familles d’accueil. Durant des années ce dispositif va perdurer en dehors de tout cadre juridique précis. Il faudra attendre la fin des années 80, pour qu’un texte qui réglemente le dispositif de l’accueil familial. La loi du 10 juillet 1989 réglemente enfin, contrôle et surveille cette pratique, engageant ainsi une professionnalisation du métier d’accueillant familial avec notamment l’appui d’équipes médico-sociales départementales qui accompagnent les familles d’accueil. Aujourd’hui, de nouveaux textes sont apparus réformant la procédure d’agrément et introduisant à la fois de nouvelles modalités de rémunération et d’indemnisation des accueillants familiaux (Loi de janvier 2002, nouveaux décrets parus au 1er janvier 2005).

L’accueil familial constitue aujourd’hui une solution alternative dès lors que le maintien à domicile ne peut plus être assuré et avant d’envisager l’entrée en établissement d’hébergement collectif (maisons de retraites, foyers etc). Il est donc de communiquer sur ce métier qui est à la fois peu connu et souvent pratiqué par des intervenants âgés dont la relève n’est pas toujours assurée.

Le métier d’accueillant est un véritable métier et en aucun cas une occupation bénévole et caritative. C’est une activité qui nécessite des motivations fortes. C’est un métier qui s’apprend et qui suppose des actes professionnels qui dépassent la bonne volonté. Le cœur du métier consiste à rassurer, motiver, responsabiliser, accompagner, faire participer… Mais plus prosaïquement, être accueillant familial au quotidien, c’est aussi nourrir, loger, laver, soigner, raser, coiffer, habiller, nettoyer la chambre, ranger les armoires, entretenir le linge, surveiller la prise de médicaments, recevoir les parents et la famille de la personne accueillie. Tout ce travail qui relève avant tout de la qualité de la relation humaine, implique un engagement humain et altruiste. Ce sont tous ces aspects qui sont pris en compte lors des procédures d’agrément.

Dans l’exercice de cette profession qui a la particularité de s’exercer à domicile et sans discontinuité, il est vrai que l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle n’est pas toujours simple à maintenir. La pratique de ce métier entraîne la juxtaposition, parfois la combinaison complexe, d’espaces et de temps privés et professionnels. C’est pourquoi, l’adhésion de l’entourage familial, et plus particulièrement celle du conjoint, est primordiale dans la réussite du projet professionnel d’accueillant familial. Il y a donc la nécessité absolue pour les accueillants d’organiser pour eux des temps de repos. Il est en effet primordial d’avoir des personnes remplaçantes qui peuvent temporairement assurer l’accueil durant ces espaces de repos. Les services départementaux demandent – dans le cadre de la procédure d’agrément – que soit mentionné le nom de la personne qui assure le remplacement.

Accueillir une personne âgée ou un adulte handicapé, ce n’est pas se substituer à la famille de la personne. L’accueillant n’est pas un parent de remplacement, c’est un professionnel de l’accueil. Tout en donnant du sens et de la qualité à la relation qui se noue avec la personne accueillie, l’accueillant doit garder ses limites. Cette nuance dans l’exercice de l’activité préserve l’accueillant de tout débordement d’affection et normalise également les relations avec la famille de la personne accueillie.

↑retour




Nous vous souhaitons un bon 1er mai !

1052009

Un petit brin de muguet ? …

cliquez sur l’image  fetes1ermai11.gif 

A celles et à ceux qui travaillent…

un bon 1er mai !

A tous les accueillants familiaux,

pour qui les week-ends et jours fériés n’existent pas,

mais qui aujourd’hui verront « double » sur leurs fiches de paies !




ACCUEILLANTS, AIDANTS FAMILIAUX

18042009

logocgfleurs1a.jpglogopa.jpg

Un guide pour les aidants familiaux…

Il peut aider aussi les accueillants.

Même si… tout le monde n’y a pas pensé ! mamcoz 22

ACCUEILLANTS, AIDANTS FAMILIAUX dans ACCUEIL FAMILIAL ICI où là pdf

Vous accompagner au quotidien (www.travail-solidarité.gouv.fr )-espaces famille)

barreverte2.gif 




CNASEA, FORMATION, FAMIDAC.

10042009

smiley967.gif   vu sur famidac   smiley13491.gif       livrecolre.jpg

[[ Bonjour à tous, bonjour Etienne, suite à l’article {la formation… prise en charge par la CNASEA}, publiée sur [www.famidac.fr] : que le formation soit convergeante aidants- accueillants, bien ! Mais je me pose la question car pour l’instant les Conseils Généraux doivent organiser les formations initiales, qui ne sont pas validées… Il serait bien que l’on arrive à, pour le moins, une validation de Titre Professionnel comme celui des assistants familiaux, car vouloir professionnaliser l’accueil familial c’est aussi peut-être valider ces formations. Sinon ça peut durer d’une part, et par ailleurs pour celles et ceux qui ont déjà des compétences outre le plaisir de sortir de chez soi et d’échanger avec des collègues, je ne vois pas vraiment l’intérêt !
Par ailleurs la formation continue est un droit pas un devoir et n’oblige pas à suivre une formation spécifique ; même si celle-ci doit être  »en adéquation avoir le poste occupé ». Je veux dire par là que suivre pour la énième fois des modules déjà vus dans son parcours professionnel devient du rabâchage…
On pourrait avoir envie d’aborder que sais-je ? de l’animation, de l’arthérapie, de la relaxation etc.

Bref, formation = qualification pour aboutir à professionnalisation; sinon à quoi bon !
Bonne réflexion, cordialement, Marie alias mamcoz 22
]]

ligne2054.gif




ACCUEILLANTS FAMILIAUX, Côtes d’Armor

3042009

 cgaxe3.jpg     22.gif     assocartecg.jpg

Consulter la publication du Conseil Général intitulée « Bien vieillir en Côtes d’Armor » Schéma d’orientation médico-social en faveur des personnes âgées. (Edition 2009)

 

ligne20671.gif

 




CITATION DE NOS EDILES.

28032009

smiley9671.gif     drapeau008.gif    9mccleretasso.jpg    

 

Marie-Christine Cleret, Vice-Présidente chargée de la solidarité pour l’autonomie au Conseil Général des Côtes d’Armor, Vice-Présidente de la MDPH.

[C’est tous ensemble, organismes institutionnels, partenaires, employeurs que nous ferons changer le regard sur le handicap.]

ndlr : et avec nous aussi, les + de 9000 accueillants familiaux, présents dans les départements français !

mamcoz 22 qui sévit ici et ailleurs.

 22.gif

- 184 familles d’accueil pour personnes âgées et personnes en situation de handicap en Côtes d’Armor (12/2008)

- 282 personnes dans le cadre de l’accueil familial dont 96 personnes âgées et 186 personnes en situation de handicap. Sources CG 22

ligne1022.gif

Aujourd’hui passage à l’heure d’été,

mettez vos pendules à l’heure !  mn31.jpg 

ligne1022.gif 

sources : agefiph Côtes d’Armor

ligne1022.gifligne1022.gif




MDPH : les principaux acronymes

28032009

 

images.jpg 

AAH     Allocation aux Adultes Handicapés 
ACTP     Allocation Compensatrice “Tierce Personne » 
AFS    ACCUEIL FAMILIAL SOCIAL personnes âgées/handicapées 
AFT    ACCUEIL FAMILIAL THERAPEUTIQUE (relève d’un centre hospitalier) 
AGEPHIP     Association pour
la Gestion du Fonds de l’Insertion Professionnelle des personnes Handicapées 
APA     Allocation Personnalisée à l’Autonomie 
CCAS     Centre Communal d’Action Sociale 
CI     Carte d’Invalidité 
CPR     Complément de Ressources 
CRP     Centre de Rééducation Professionnelle 
E.A.     Entreprise Adaptée 
ESAT     Établissement ou Service d’Aide par le Travail 
FAM     Foyer d’Accueil Médicalisé 
FOA     Foyer Occupationnel d’Accueil – Foyer de vie 
IMPRO       Institut Médico-Professionnel 
IR       Institut de Rééducation 
MAS       Maison d’Accueil Spécialisée 
MDPH       Maison Départementale des Personnes Handicapées 
MTP       Majoration Tierce Personne 
PCH       Prestation de Compensation du Handicap 
PI       Pension Invalidité 
PPC       Plan Personnalisé de Compensation 
RQTH       Reconnaissance de
  la Qualité de Travailleur Handicapé 
SAMS AH       Service d’Accompagnement Médico-Social pour personnes   Adultes    Handicapées 
SAVS       Service d’Accompagnement à la vie Sociale 

{{ Nous avons volontairement ajouté : AFS et AFT oubliés dans la liste publiée par les MDPH, tant il nous a paru essentiel de communiquer sur les accueillants familiaux qui sont acteurs à part entière dans l’hébergement des personnes en situation de dépendances. }} mamcoz 22

ligne20671.gif  [L’accueil familial en milieu rural ne représente évidemment pas une solution adaptée à toutes les situations, mais quand il est réalisé dans de bonnes conditions, il permet de goûter un rythme et une qualité de vie souvent appréciés.
Tout d’abord, son coût est presque toujours moins élevé que celui des autres formes de prise en charge (cependant, cette situation est parfois exagérée, voire inadmissible) Il peut en outre offrir un cadre de vie très convivial dans un environnement souvent agréable.]sources : extraits de l’accueil familial/abri de coeur
ligne20671.gif

 




L’accueil familial des personnes handicapées, en Côtes d’Armor et partout en France.

16032009

stationnemmentfauteuild7aef.jpg 

Une personne dépendante (adulte handicapé physique ou mental) est « nourrie, logée, blanchie » et accompagnée quotidiennement au domicile d’un accueillant familial agréé, en contrepartie d’un salaire, d’un loyer et de remboursements de frais.Les accueillants familiaux sont obligatoirement agréés et contrôlés par le Conseil Général de leur département. Les agréments sont délivrés pour l’accueil permanent ou intermittent d’une à trois personnes.

Indications :Adultes handicapés physiques ou mentaux de 18 à +60 ans: 

  • Ayant toujours vécu chez leurs parents, avec ou sans prise en charge institutionnelle
  • Sortant d’une hospitalisation mais n’étant pas encore aptes à (re) vivre en milieu ordinaire
  • Souffrant d’inaptitudes physiques, sociales ou comportementales
  • Ne pouvant envisager une vie autonome, mais susceptibles de développer un projet de vie en famille d’accueil
  • Ou pour des séjours de week-end ou vacances hors établissement…
  • Pour les patients hospitalisés en établissement psychiatrique, voir notre rubrique accueil familial thérapeutique.

Aides financières : allocation logement + aides spécifiques aux adultes handicapés + aide sociale départementale.
Les salaires versés ouvrent droit à réduction d’impôt et les aides versées par leurs ascendants ou descendants sont déductibles au titre de pensions alimentaires.

voir également : page CHARTES en fronton d’accueil

    Dernière mise à jour : mercredi 22 mars 2006 sources : http://www.famidac.fr 

ligne2054.gif




Pour les accueillants familiaux aussi, c’est dimanche !

15032009

Cette semaine, comme toutes les autres semaines, celles passées et celles à venir vous avez et vous aurez :

   smiley1174.gif    smiley1217.gif          smiley1144.gif

smiley1142.gif             smiley1179.gif            smiley550.gif               smiley3851.gif                    

  smiley1173.gif          smiley1028.gif                                  smiley1434.gif

aujourd’hui, vous pouvez…….

 smiley917.gif       smiley287.gif          smiley11271.gif        smiley1172.gif         smiley1413.gif      etc. …

Bon dimanche !

ligne2054.gif

 

 







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...