• Accueil
  • > Recherche : deuil accueil familial

L’IMAGERIE DE CHRISTIANE G.

29052009

armorjardinier.jpgarmorbanc.jpghandicapetsexualitamouritude.jpgarmorsourisaccueilarmor.jpgarmoraccueilfamilial.jpgarmorgrandpre.jpgarmoraccueilfamilialcouple.jpgarmordeuilsign.jpg armortricot.jpgarmorfamillefetemere.jpgarmorrepasfamille.jpgarmorlecturegauche.jpgarmorcgphotographe.jpgarmormusique.jpgarmortheatre.jpgarmorpeintre.jpgarmorincontinence.jpgarmocaddie.jpgarmorcoiffeurmiroir.jpgarmorpersonnesgesarmoire.jpg




DEUIL 2/2 Je ne suis pas sortie de ma nuit – Annie Ernaux

22052009

deuilsign.jpg 

Il y a, dans toute histoire familiale, la sphère d’obligations morales et la sphère d’affectivité. Annie Ernaux, écrivain, l’illustre dans son récit sur sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle décrit admirablement la violence, la solitude, l’amour, la nécessaire rupture et le deuil impossible à faire.

[[dimanche 13  -  C’est aujourd’hui le froid. Hier, la neige. La même pensée au réveil. Les premiers jours, je n’ai fait que pleurer sans pouvoir me retenir. Maintenant, cela survient brusquement, pour un détail, la vue d’un objet. Aujourd’hui, c’est dimanche, pour la première fois que je n’irai pas à l’hôpital vers deux ou trois heures. J’avais acheté du forsythia au village. Plus de peine au-dehors que dedans. Avant, elle était quelque part dans le monde. Septembre 83  -  nous sommes ensemble dans son studio à classer et jeter des papiers avant son départ pour Cergy, chez moi. C’est donc déjà le début de la fin. Ne pas pouvoir relire les pages d’avant. Ne pas pouvoir non plus  »écrire pour de vrai sur elle ». J’ai essayé de me rappeler tout de la dernière visite que je lui ai faite, comme si je savais quelque chose.

lundi 14  -  Ce matin, il me semblait qu’elle était encore vivante. A la boulangerie, devant les gâteaux,  »je n’ai plus besoin d’en acheter », comme  »je n’ai plus besoin d’aller à l’hôpital ». Penser à la chanson qui me faisait pleurer enfant. Je pleure à nouveau, à cela, cette chanson.

mercredi 16  -  Dès que je suis à mon bureau, seule, je suis de nouveau accablée. Je ne peux que parler d’elle, écrire quoi que ce soit d’autre est impossible. La première fois que j’ai écrit  »maman est morte ». L’horreur. Je ne pourrai jamais écrire ces mots dans une fiction ».]]

Les grands deuils se font dans l’écriture mais également  »dans la quiétude de la méditation et la profondeur des silences ».

Communiquer c’est accepter les changements de la vie et accepter le regard différent que l’autre va porter sur nous.

livreannieernaux.jpg

↑↑retour




DEUIL, Lettre de Jean Paul II aux personnes âgées (extrait) – 1bis/2

21052009

jeanpaulii.jpg        deuilsign.jpg 

[[Au fil des années, il est naturel de se familiariser avec la pensée du " déclin ". S'il en était autrement, le fait même de voir les rangs s'éclaircir dans nos familles, nos connaissances et nos amis nous le rappellerait: nous nous en rendons compte en plusieurs occasions, par exemple lorsque nous nous retrouvons dans des réunions familiales, dans des rencontres entre amis d'enfance, d'école, d'université, de service militaire, entre confrères de séminaire... La frontière entre la vie et la mort traverse ainsi nos communautés et elle s'approche inexorablement de nous. Si la vie est un pèlerinage vers la patrie céleste, la vieillesse est la période où il est le plus naturel de regarder le seuil de l'éternité.]] Jean Paul II (extrait lettre aux personnes âgées)

http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/letters/documents/hf_jp-ii_let_01101999_elderly_fr.html

↑↑retour




17052009

cgsouris1.jpgcglogomusique.jpgthetrechristianegode.jpgassodanse.jpgassocgphotographe.jpgmiroir.jpgcoiffeurmiroir.jpgpersonnesgesarmoire.jpgdeuilsign.jpg 




HANDICAP PSYCHIQUE 1/4

15042009

psy1.jpg   logohandipsy.jpg 

Pourquoi les personnes handicapées psychiques semblent-elles avoir tant de mal à percevoir la réalité ?À certains moments, la personne handicapée psychique perçoit la réalité de façon différente. Ce type d’erreur dans les perceptions, propre au handicap psychique, peut renforcer les difficultés habituelles à reconnaître ses incapacités. Cette attitude ne reflète ni une mauvaise volonté, ni même une négation volontaire. Elle est la conséquence d’une perception propre à la personne concernée. Elle peut provoquer cependant, dans la vie sociale ou le travail, des difficultés majeures et provoquer des incompréhensions réciproques. Au premier rang des réalités difficiles à percevoir pour la personne, figure l’existence de son propre handicap. Ainsi, malgré les graves difficultés rencontrées, de nombreuses personnes manifestement concernées pourront mettre des années à accepter la nécessité des soins, à faire le deuil de leur « vie d’avant », voire à demander de l’aide. Pour les professionnels qui les reçoivent ou qui traitent leur dossier, ce point est important car ils doivent intégrer le fait que ces personnes peuvent fort bien émettre des souhaits n’étant pas en accord avec leurs possibilités du moment, voire même demander une cessation de reconnaissance en tant que personne handicapée, tandis que celle-ci leur est pourtant manifestement nécessaire. Le rôle de l’entourage familial ou du voisinage est essentiel. Il faut parfois savoir gagner du temps et ne jamais abandonner. Évitez de : • contredire brutalement votre interlocuteur, vous risquez de susciter de l’incompréhension, • dénigrer sa façon de voir, • imposer votre interprétation… Efforcez-vous de respecter la personne jusqu’à admettre qu’elle ne puisse accepter de suite la réalité, lui faire une réponse du type :  » Vous êtes en droit de penser cela. Sur ce point, je vois les choses différemment. Cela ne nous empêche pas de rechercher ce que l’on peut faire dans un autre domaine… « , continuer à faire des propositions, sans les imposer, ni décider à sa place, sauf exception et urgence naturellement… La personne doit faire sa propre expérience… L’ »angoisse », les « obsessions », qu’est-ce que cela signifie ?La personne handicapée psychique est généralement terriblement sensible au stress. Son anxiété, voire son angoisse, se manifestent par un sentiment d’insécurité indéfinissable. L’angoisse, à la différence de la peur, n’a pas d’objet concret identifiable. Elle est sans raison apparente. L’angoisse peut se traduire par des phobies la claustrophobie : angoisse de se trouver confiné dans un espace étroit et clos, pouvant générer la phobie des transports en commun par exemple, l’agoraphobie : angoisse d’affronter la rue, les espaces, les lieux inconnus, sans accompagnateur. Elle peut également se manifester par des obsessions : idées fixes qui assiègent la personne, l’amenant à des conduites répétitives comme vérifier dix fois que la porte est fermée, des conduites addictives : dépendance à une substance comme l’alcool, les drogues, les jeux, la nourriture…Des angoisses particulièrement fortes peuvent être la conséquence de certains délires, de situations nouvelles, d’accidents de la vie comme le décès d’un proche. La proximité physique avec d’autres personnes peut aussi être source d’angoisse en donnant aux personnes handicapées psychiques le sentiment qu’on envahit leur espace. Là aussi, le rôle de l’entourage familial ou du voisinage est essentiel. 

barreverte2.gif

sources : www.unafam.org

barreverte2.gif 




LOGOS

4042009

armordeuilsign.jpg

armoraccueilfamilialcouple.jpg

handicapetsexualitamouritude.jpg

armormusique.jpg

armorpeintre.jpg

armortheatre.jpg

armoraccueilfamilial.jpg

armocaddie.jpg

armorbanc.jpg

armorfamillefetemere.jpg

armorincontinence.jpg

armorlecturedroite.jpg

armorjardinier.jpg

armorgrandpre.jpg

armorrepasfamille.jpg

armorlogoblog34ko.jpg

armorpersonnesgesarmoire.jpg

armorcoiffeurmiroir.jpg

armorsourisaccueilarmor.jpg

armortricot.jpg

 → Logos ← 

imaginés et réalisés par Christiane Gode. 

logopa.jpg

cglogopsy.jpg

logocgfleurs1a.jpg

assocgcouplecanne1.jpg

assocgphotographe.jpg

assodanse.jpg

    

 







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...