L’IMAGERIE DE CHRISTIANE G.

29052009

armorjardinier.jpgarmorbanc.jpghandicapetsexualitamouritude.jpgarmorsourisaccueilarmor.jpgarmoraccueilfamilial.jpgarmorgrandpre.jpgarmoraccueilfamilialcouple.jpgarmordeuilsign.jpg armortricot.jpgarmorfamillefetemere.jpgarmorrepasfamille.jpgarmorlecturegauche.jpgarmorcgphotographe.jpgarmormusique.jpgarmortheatre.jpgarmorpeintre.jpgarmorincontinence.jpgarmocaddie.jpgarmorcoiffeurmiroir.jpgarmorpersonnesgesarmoire.jpg




COULEURS ET VIEILLISSEMENT 2/3

29052009

armorcoulpeinture.jpg   armorpeintre.jpg

Edwin Ritter (Suisse) propose une astucieuse façon pour nous faire découvrir l’univers des personnes souffrant de désorientation spatiale.
Prenez un miroir d’environ 20 x 15 cm. Placez-le devant le dessin ci-dessous (que vous aurez préalablement imprimé) de façon à pouvoir voir son reflet dans le miroir. Prenez à présent un stylo-bille ou un crayon et essayez d’aller de A jusqu’à B.
Regardez uniquement le dessin dans le miroir, pas la feuille. Vous réaliserez combien il est difficile de s’orienter et de retrouver son chemin.
Une personne souffrant de démence est confrontée à toutes ces difficultés chaque fois qu’elle doit s’orienter au quotidien. Contrairement à vous, qui pouvez comprendre comment fonctionne cet exercice elle est incapable d’analyser ces difficultés.


armorcouleurstest.jpg

Ces personnes peuvent toutefois nommer et reconnaître les couleurs, surtout lorsqu’il s’agit des couleurs primaires : rouge, vert, bleu et jaune.

Dans un couloir  la porte de la chambre doit être d’une couleur tranchée par rapport à la couleur des murs ;  les portes des salles communes doivent être d’une couleur saturée pour attirer le regard ;  les portes des pièces de service doivent se fondre dans le coloris des murs.

Des plaques nominatives placées sur les portes des chambres (ainsi qu’à côté de chaque lit) et associées à un logo signifiant aident les personnes à d’identifier plus aisément leur propres chambre. Ce repérage leur permet en outre de rester en contact avec leur identité, leur personnalité. Un ancien maréchal-ferrant reconnaît un «fer à cheval» posé sous son nom.  L’identification des toilettes, afin de diminuer l’incontinence, nécessite de bien différencier la couleur des portes de celle des murs environnants… et que la couleur des portes des toilettes soit identique dans toute la maison. Nous avons choisi des portes jaunes, les murs des chambres étant dans des tons pastels de bleu ou de vert.  Placer à des endroits bien visibles des sigles suffisamment grands, étant donné la baisse de l’acuité visuelle, facilite la reconnaissance. Le jaune sur fond bleu donne les meilleurs résultats.

Expérience : prendre un papier bleu, d’un bleu vif et profond. Dans ce papier découper un cercle de dix centimètres environ de diamètre. Au centre de ce disque, découper une étoile à cinq branches de un centimètre environ de diamètre extérieur. Nous avons ainsi un cache bleu.

Posons le sur une feuille jaune vif, débordant largement du cercle bleu. L’étoile jaune que l’on voit sur le fond bleu environné de jaune est, bien entendu, et nous le savons pertinemment de la même couleur que l’entourage jaune.

Pourtant nous la «voyons» très nettement plus jaune et plus vive parce que l’étoile devient objet qui se matérialise à notre vue tandis que le fond est accessoire. Cette expérience, montre bien le rôle du psychologique qui dépasse le fait physiologique du contraste.

L’association à un symbole des mots «toilette, WC», permet d’obtenir la meilleure compréhension possible. Certaines personnes réagissent aux lettres, d’autres au symbole. Pour d’autres les deux signes doivent être associés pour que s’élabore la signification du message.

↑↑retour




VIEILLISSEMENT et handicap mental ; le grand boom.1/6

27052009

armorbloghandimentge.gif

Le grand boom.

Ces dernières décennies, grâce aux soins et au cadre de vie bien meilleur, la longévité des personnes mentalement handicapées a sensiblement augmenté. Ainsi l’espérance de vie moyenne des personnes mentalement handicapées est passée de 20/22 ans en 1930 à 70/74 ans en 1996. Même évolution pour les personnes polyhandicapées dont la moyenne est passée de 30 ans dans les années 70 à 50 ans dans les années 90. Aujourd’hui, sauf quelques exceptions, une personne mentalement handicapée peut avoir la même espérance de vie que vous et moi. Les personnes mentalement handicapées atteignent donc l’âge de la retraite; survivent à leurs père et mère Les accueillants familiaux se retrouvent aussi devant de nouvelles tâches. Ils passent beaucoup de temps dans les tâches d’hygiène, d’accompagnement aux WC, d’aide à l’alimentation, de nursing. La dimension relationnelle rassurante, la stimulation par le regard et le toucher prennent de l’importance”,

Intrusion du médical.

Avec l’âge, les questions de santé sont aussi plus présentes. L’accompagnement devient médico-social. Sur l’ensemble, avec l’âge, il y a une démultiplication des problèmes de santé et/ou d’aggravation de certains handicaps physiques et psychiques. Les maladies dégénératives font leur apparition: maladies cardio- vasculaires, arthroses. Les troubles des fonctions sensorielles et motrices sont les facteurs les plus courants qui conduisent à la dépendance (difficulté de la marche, de l’équilibre). Ils sont en augmentation constante dès l’âge de 45 ans. D’où difficultés corporelles, plus grande dépendance, soins plus lourds…

…/…

↑↑retour




LA MAISON D’EN FACE, un livre pour le week-end.

23052009

armortricot.jpg 

Nicoletta revient sur son parcours et lève le voile sur son enfance, à l’occasion de la parution de ‘’La maison d’en face’’. jusque là avare concernant son enfance savoyarde, Nicoletta affronte ses souvenirs, ‘’entre une mère débile mentale, selon les diagnostics de l’époque, un oncle alcoolique et un père absent’’, mais évoque, la sauvant du reste, une grand-mère aimante.

‘’Il faut avoir atteint un certain âge pour revenir sur son passé sans être affecté’’, confie-t-elle.

lamaisondenface.jpg 




DEUIL 2/2 Je ne suis pas sortie de ma nuit – Annie Ernaux

22052009

deuilsign.jpg 

Il y a, dans toute histoire familiale, la sphère d’obligations morales et la sphère d’affectivité. Annie Ernaux, écrivain, l’illustre dans son récit sur sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle décrit admirablement la violence, la solitude, l’amour, la nécessaire rupture et le deuil impossible à faire.

[[dimanche 13  -  C’est aujourd’hui le froid. Hier, la neige. La même pensée au réveil. Les premiers jours, je n’ai fait que pleurer sans pouvoir me retenir. Maintenant, cela survient brusquement, pour un détail, la vue d’un objet. Aujourd’hui, c’est dimanche, pour la première fois que je n’irai pas à l’hôpital vers deux ou trois heures. J’avais acheté du forsythia au village. Plus de peine au-dehors que dedans. Avant, elle était quelque part dans le monde. Septembre 83  -  nous sommes ensemble dans son studio à classer et jeter des papiers avant son départ pour Cergy, chez moi. C’est donc déjà le début de la fin. Ne pas pouvoir relire les pages d’avant. Ne pas pouvoir non plus  »écrire pour de vrai sur elle ». J’ai essayé de me rappeler tout de la dernière visite que je lui ai faite, comme si je savais quelque chose.

lundi 14  -  Ce matin, il me semblait qu’elle était encore vivante. A la boulangerie, devant les gâteaux,  »je n’ai plus besoin d’en acheter », comme  »je n’ai plus besoin d’aller à l’hôpital ». Penser à la chanson qui me faisait pleurer enfant. Je pleure à nouveau, à cela, cette chanson.

mercredi 16  -  Dès que je suis à mon bureau, seule, je suis de nouveau accablée. Je ne peux que parler d’elle, écrire quoi que ce soit d’autre est impossible. La première fois que j’ai écrit  »maman est morte ». L’horreur. Je ne pourrai jamais écrire ces mots dans une fiction ».]]

Les grands deuils se font dans l’écriture mais également  »dans la quiétude de la méditation et la profondeur des silences ».

Communiquer c’est accepter les changements de la vie et accepter le regard différent que l’autre va porter sur nous.

livreannieernaux.jpg

↑↑retour




DEUIL : « Ce n’est pas normal ! » 1/2

21052009

deuilsign.jpg 

« Ce n’est pas normal ! » 

C’est en ces termes qu’une vieille dame, résidente d’une maison de retraite, est sortie de l’effondrement que provoquait la nouvelle qu’on venait de lui apprendre : son fils, à peine âgé de soixante ans, venait de succomber des suites d’un cancer. Ce cri du cœur n’est pas autre chose, dans la bouche de cette dame, que la répétition de l’expression populaire selon laquelle « on n’est pas fait pour enterrer ses enfants ».  

Oui, la mort est dans toutes les ombres dans une maison de retraite. Mais elle ne s’y manifeste pas forcément dans le sens où on l’attendrait.

La même maison de retraite, quelques jours plus tard. On y organise l’accueil d’une dame de 98 ans, que son petit-fils ne parvient plus à prendre en charge de manière satisfaisante, ni pour elle ni pour lui. Situation banale, qui se colore toutefois ce jour-là d’une configuration particulière : la nouvelle résidente est accueillie dans cet établissement en particulier parce qu’elle vient y rejoindre … sa fille. Celle-ci, âgée de « seulement » 75 ans, séjourne ici depuis plusieurs mois.

Etrange contraction du temps et renversement de l’ordre normal des choses que cette situation. Il n’est plus rare de voir coexister au sein d’une résidence de retraite plusieurs générations ; les pathologies qui motivent l’entrée dans l’établissement se manifestent parfois de manière précoce, et l’augmentation de l’espérance de vie a reculé l’âge de ceux qui n’y viennent que très tardivement. Ce qui est ici exceptionnel, c’est que la fille était la première arrivée, c’est qu’une personne ait dû successivement, mais dans un ordre inattendu, organiser l’accueil en établissement de sa mère puis de sa grand-mère ; c’est qu’une mère rejoigne sa fille dans une maison de retraite.

Pas banal, certes, mais anormal ?

↑↑Retour




COQUETTERIE, MISE EN BEAUTE, atours et effets des personnes âgées. 1/3

21052009

armorcoiffeurmiroir.jpg 

LA COQUETTERIE N’A PAS D’AGE.

On peut être coquette à tout âge. Cela demande un peu plus de travail après60 ans. Mais soigner son apparence permet de rester bien dans sa peau. La coquetterie doit également être prise en compte par les aidants pour le bien-être des personnes dépendantes et de leur famille. Cependant, le vieillissement sur les organismes reste toujours un mystère. Avec le temps, les cellules de la peau se renouvellent moins bien, la rendant plus fine et plus sèche, tandis que les cheveux blanchissent et que les ongles se fragilisent. Des rides s’installent : commissures labiales, pattes d’oie, sillon naso-génien. Il y a sans nul doute un facteur héréditaire puisque certaines personnes semblent vieillir moins vite que d’autres. On remarque également que dans les pays riches, où l’on bénéficie d’une meilleure alimentation et donc d’un meilleur état général, les personnes âgées paraissent plus jeunes. A condition d’éviter certains ennemis de la peau comme le tabac et l’alcool, et de continuer à en prendre soin. C’est aussi un respect vis-à-vis des autres que de donner de soi une image agréable et souriante. Faut-il absolument faire partie des  » golden papies  » pour conserver une bonne image de soi avec un brin de coquetterie ? Et ce même lorsque l’on aborde le quatrième âge ?

RESPECTER LA PERSONNALITE

Lorsqu’une personne âgée arrive en famille d’accueil, on essaie de lui garder ses repères, en lui conservant ses vêtements et affaires personnelles afin de respecter sa personnalité. La coquetterie ne s’invente pas : les personnes âgées qui étaient sociables avant le restent et celles qui étaient coquettes continuent à l’être. Au-delà des vêtements, la règle est le respect de la personne et de son vécu. Si des soins de beauté sont proposés, on ne met pas de rouge à lèvres, d’autorité, à une femme qui ne s’est jamais maquillée. Tout est affaire de négociation.  » La négociation est aussi nécessaire avec les familles. Par souci de garder intacte l’image de leur parent, elles éprouvent parfois des difficultés à accepter, par exemple, que l’on coupe des cheveux trop emmêlés, alors qu’il s’agit du confort de la personne. « 

Mais ces soins ont un coût que les proches ou tuteurs ne sont pas toujours prêts à assumer. Cela peut alors prendre par exemple la forme d’un cadeau ponctuel. Il y a aussi des accueillants qui ont une notion de coiffure ou d’esthétique et qui utilisent de leur temps pour faire des mises en beauté. A travers le toucher, le massage des mains, apporte un moment de détente physique, de tendresse dont ont besoin les personnes âgées.

Les jours de fêtes, comme les anniversaires, les visites des enfants, de la famille ou Noël, on décore la maison de fleurs, on met une belle nappe et le couvert des grands jours : une occasion de se parer, de se maquiller, d’avoir une vie sociale. Ces jours-là, un foulard, des bijoux fantaisie contribuent à donner une image positive de soi aux autres comme à soi-même.

Car des soins à la parure, la coquetterie est à tout âge une manière privilégiée de se sentir bien dans le regard de l’autre et aussi bien dans sa peau.

HYGIENE ET SOINS DE BASE

Le plus important est sans doute le miroir, celui de la salle de bains, mais aussi un miroir dans lequel on peut se voir  » en pied  » pour vérifier sa toilette. La douche ou le bain doivent s’accompagner de gestes simples, à l’aide de quelques accessoires, qui permettent d’entretenir la peau : éponge végétale douce pour laver, gant de crin, gommage et pierre ponce pour éliminer les cellules mortes, ciseaux et limes pour des ongles nets, lait ou crème pour nourrir l’épiderme et adoucir les zones de frottement. Le visage doit être nettoyé avec un savon surgras et démaquillé avec un lait adapté. Ensuite, viennent les soins d’hydratation car la production de collagène diminue avec l’âge, entraînant un phénomène désagréable et disgracieux de dessèchement. Comment choisir sa crème ? En fonction de la nature de sa peau et des éventuels problèmes d’allergie, mais aussi en fonction du plaisir qu’elle apporte. Ce qui compte beaucoup, c’est la sensation : à partir du moment où l’on croit à l’efficacité, on se trouve mieux.

↑↑Retour




AMOURITUDE, RESPECTITUDE

19052009

armoraccueilfamilial.jpgvieilhomme.jpg       

Ainsi donc il aura fallu un institut de formation à l’Humanitude pour proposer aux personnels des établissements cette ’’révolution copernicienne’’ du prendre soin et de la bientraitance ! Enfin la maltraitance va se trouver éradiquée et nos têtes chenues vont bénéficier des attitudes respectueuses que requiert la déférence due à nos aînés.

Nonobstant, je m’interroge: pourquoi ce savoir être est-il particulièrement destiné aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer? Car les autres résidents ne profitent de ce nouveau savoir que par ricochet! Oui mesdames, messieurs maintenant les soignants vont s’adresser aux personnes dont ils ont la charge comme à des personnes en vie. Jusqu’à il y a peu, nous les classions inconsciemment dans les morts vivants; un peu comme les grands malades, jeunes ou vieux, en fin de vie… Dans l’accueil familial nous pratiquons (comme monsieur Jourdain) la Respectitude et l’Amouritude ; car oui les personnes accueillies font ipso facto partie de notre famille élargie. Aussi, comme les sages anciens nous offrons sans y penser de notre cœur à ces personnes extérieures à notre cercle familial naturel. Alors l’Amouritude trouve sa place chez les accueillants sans qu’il fut besoin d’institut du savoir aimer! mamcoz 22

↑↑Retour




HUMANITUDE 1/3

19052009

armorgrandpre.jpg 

HUMANITUDE : Une méthode pour accompagner la transformation des établissements en milieux de vie, substituts du domicile… (IGM Grand Ouest)

HUMANITUDE [[ » Avant d’entrer dans la maison où il est aujourd’hui, mon père a séjourné pendant quelques semaines chez les morts. … Les morts n’étaient pas les malades mais les infirmiers qui les abandonnaient pour la journée entière sans aucun soin de parole. Personne ne leur avait appris que soigner c’est aussi dévisager, parler reconnaître par le regard et la parole la souveraineté intacte de ceux qui ont tout perdu.  » Christian Bobin, La présence pure.]]

Prendre soin des hommes vieux, disent-ils. Ils parlent des  » hommes vieux « , après bien des réflexions : ils ne parlent pas des  » personnes âgées  » tellement galvaudé et devenu incompréhensible, ni des  » seniors  » qui sont la moitié de la vie adulte et personne ne s’en est aperçu, ni des  » vieillards « , terme dont la sonorité risque d’être péjorative, malgré Victor Hugo, et pas non plus des  » vieux  » tout court, mot tendre dans certaines bouches mais meurtrier dans d’autres.Je regrette la pauvreté un brin sexiste de certaines langues, dont la nôtre : n’oublions pas qu’un homme vieux peut être une vieille femme comme un vieil homme – d’aucuns ont même pu dire que  » les vieux sont des vieilles  » tant elles sont plus nombreuses… Pour pouvoir parler des hommes vieux, ils essaient de cerner la vieillesse, vaste et insoluble problème, tant la vieillesse est évolutive et glissante, celle de chacun de nous comme celle de nous tous, celle que je vois chez l’autre (ou pas) et celle que je ressens (ou pas), celle qui finira nécessairement par la mort, sans que je sache ni le jour ni l’heure, dès demain ou dans dix ans et plus.Ils disent  » prendre soin  » ; le dictionnaire Robert, qui consacre plus de cinq colonnes serrées à  » soigner « ,  » soin  » et leurs dérivés, rappelle qu’il s’agit de  » s’occuper du bien-être « , bien avant de signaler qu’il s’agit aussi de  » s’occuper de rétablir la santé « . Comme, selon l’Organisation mondiale de la santé, celle-ci serait un  » état de complet bien-être physique, mental et social « , prendre soin et soigner se rejoignent et s’entremêlent.Ils enfoncent joyeusement, fermement, délibérément une porte qu’on espérait largement et depuis longtemps ouverte et rappellent que  » l’homme vieux est une personne  » comme cette autre qui rappelait que  » le bébé est une personne  » et comme il est indispensable, en certains lieux, de rappeler que  » la femme est une personne « . Ils participent de ce prodigieux carillon qui sonne et résonne de l’ampleur et de la richesse de l’humanité comme de l’extrême vigueur et de l’absolue fragilité de l’humanitude, de l’humaine attitude.

…/…

↑↑Retour




HUMANITUDE 2/3

19052009

armorgrandpre.jpg   humanitude.jpg 

Pour prendre soin, ils ont  » appris que soigner, c’est aussi dévisager, parler – reconnaître par le regard et la parole la souveraineté intacte de ceux qui ont tout perdu « . Ils ont appris que toucher peut faire vivre mais aussi, presque innocemment, tuer. Pour prendre soin, on touche, et cette intimité forcée suppose extrême compétence et extrême délicatesse pour pouvoir être acceptée sans dommage.
Ils nous font vivre l’humanitude comme relation essentielle de personne à personne et que ces personnes, quel que soit leur état respectif et si apparemment différent, sont fondamentalement  » de niveau  » dans leur intacte souveraineté.
Toutefois, pour soigner et prendre soin, il y a plus : il y a, avec une absolue rigueur, une exigence absolue, la connaissance, la compétence, la technicité. Elles sont absolument requises dans toutes les fonctions, tous les métiers, toutes les spécialités et il n’y a pas de solution de continuité entre l’agent des services sans qualification et le neurochirurgien ou l’ingénieur des ponts et chaussées. Pour cela, agent des services, soignant ou autre professionnel, il faut apprendre, encore apprendre et toujours apprendre et comprendre ce qu’on apprend. Il faut exprimer, développer, faire connaître, revendiquer et appliquer les  » règles de l’art « . À noter qu’on apprend difficilement tout seul et qu’il faut des gens (formés), des lieux, des temps, de l’estime réciproque pour apprendre…Il faut aussi apprendre et comprendre que cette technique implique le  » soin à l’homme  » vieux ou pas : la relation. Certains l’appellent une neutralité bienveillante, terme qui m’effraie un peu par son relent de condescendance :  » la souveraineté du malade est intacte « . Pour respecter cette souveraineté, le soignant traite l’homme (vieux ou pas) en homme : il a le regard, le toucher, le geste respectueux – cela s’apprend –, il ne se permet pas, dans sa fonction, de laisser transparaître son antipathie, son dégoût, son horreur même qui peuvent exister. Il ira les exprimer ailleurs, il faut que ces lieux et ces temps d’expression soient mis à sa disposition. Les affects, les sentiments supposés positifs qui peuvent être aussi dangereux pour celui qui prend soin comme pour celui dont on s’occupe, doivent eux aussi être  » traités  » dans les lieux et temps particuliers. Certains appellent cela la mesure de la  » juste distance  » – peut-être trop connotée d’ » éloignement « . Il me semble que c’est autre chose qu’une mise à distance : c’est une acceptation, une revendication même de sa condition d’homme qui entre pleinement dans cette relation du prendre-soin de l’homme (vieux) souffrant. Il s’agit encore des  » règles de l’art  » et, plus encore, de celles de  » l’art de vivre « .

Geneviève Laroque,
présidente de la Fondation nationale de gérontologie.

…/…

↑↑Retour







un don un espoir |
Association Dolto Pasteur |
Parents d'élèves du Groupe ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | REEDDAC
| Liaison TP-TS Mulhouse
| Association Saint James de ...